La véritable histoire du film l’Emprise

Posted by & filed under , .

L’Emprise, film américain de Sidney J.Furie sorti en 1982, s’inspire d’un fait divers survenu à Los Angeles en octobre 1976 et est adapté d’un roman de Frank de Felita. L’Emprise, c’est l’histoire d’une mère de famille agressée par une créature invisible. Et le cas réel dont le film s’inspire, c’est exactement cela ! D’ailleurs, les enquêteurs qui ont travaillé sur ce cas nous parlent de l’une des plus extraordinaires affaires de l’histoire de la parapsychologie. Que s’est-il passé ?

 

 

Le film l’Emprise

L’affiche du film l’Emprise

 

Le scénario du film est simple : Carla Moran, une mère célibataire, est tourmentée par une entité invisible qui la viole à plusieurs reprises et qui laisse des marques de violence sur son corps. Des psychiatres se penchent alors sur son cas, puis ne trouvant aucune explication, des spécialistes des évènements surnaturels (UCLA) tentent d’aider la jeune femme.

Un scénario adapté du roman de Frank de Felitta par l’écrivain même qui donne une dimension très réaliste au film.

Ce film, bien que vieillot aujourd’hui, glace le sang, fait peur, met son public en tension. Il est l’un des films les plus dérangeants et les plus effrayants qui soient, peut-être parce qu’il s’inspire d’une histoire vraie encore plus effrayante !

La véritable histoire du film

La maison de Doris Bither à Cluvercity

 

Comme je viens de le dire, le livre qui sert de scénario au film l’Emprise et publié en 1978, est tiré d’un fait divers. Le film l’Exorciste s’inspire aussi d’un fait réel, celui de l’histoire de Roland Doe. L’auteur du roman, Franck de Felitta, raconte l’horrible expérience vécue par Doris Bither, une femme habitant à Culver City en Californie.

Voici l’histoire de Doris Bither.

Août 1974. Doris Bither entend une conversation entre deux chercheurs spécialisés sur les phénomènes paranormaux, Barry Taff et Kerry Gaynor. Doris s’approche d’eux et les supplie de l’aider. Les deux hommes, voulant la rassurer, acceptent de mener une enquête sur son cas.

Doris Bither, MacGowan de son nom de jeune fille, avait vécu une enfance difficile entourée par des parents alcooliques et violents. Adolescente, ces derniers la renièrent et Doris se retrouva à la rue. Elle se maria et mit au monde un premier enfant, Brian Harris, mais divorça très vite. Puis, Doris se débrouilla seule. Elle eut des hommes dans sa vie, mais les relations ne duraient jamais longtemps. En tout, elle se maria quatre fois, quatre mariages ratés et eut quatre enfants de quatre pères différents. Doris n’arrivait pas à se stabiliser avec un homme et avait beaucoup souffert.

Mère célibataire, sans argent, Doris avait dû se débrouiller seule. Elle avait enchaîné les petits boulots, habitait une maison délabrée, avait du mal à payer ses factures et à nourrir ses enfants. Face à cette dureté de vie, Doris noyait souvent son chagrin dans l’alcool. La jeune femme affichait tout juste la trentaine et vivait avec sa fille âgée de 6 ans et ses trois fils  de 10, 13 et 16 ans.

Barry Taff et Kerry Gaynor l’accompagnèrent chez elle, au 1547 Braddock Drive à Cluver City. Lorsqu’ils pénétrèrent dans la maison, ils s’aperçurent vite que les conditions de vie de cette famille étaient miséreuses. Dès l’entrée, ils ressentirent une étrange sensation de surpression dans les oreilles. Doris leur offrit un café et se confia aux deux hommes.

 

Les manifestations paranormales

Barry Taff et Kerry Gaynor

 

Doris expliqua que peu de temps après l’installation de la famille dans la maison, une vieille femme à l’allure sinistre avait frappé à sa porte et lui avait déclaré qu’elle devait quitter les lieux, que cette maison était hantée. Qu’il y avait quelque chose de très mauvais qui y habitait ! La vieille dame était partie sans donner plus d’explications.

Doris ne tint pas compte de cette mise en garde. Les premières manifestations bizarres commencèrent quelques mois après cette surprenante visite.

Tous les enfants avaient vécu des phénomènes paranormaux très angoissants dans la maison. Une main invisible avait giflé l’un des garçons, un autre avait vu un monstre menaçant et tous les enfants parlaient avec un esprit fantôme qu’ils surnommaient M. Whose-it.

Les enfants expliquèrent qu’ils avaient vu ce fantôme à plusieurs reprises et qu’il était responsable des phénomènes bizarres. Cette entité se présentait sous la forme d’un homme vaporeux mesurant 1m80. Les deux enquêteurs n’en crurent pas leurs oreilles et ils savaient déjà qu’ils avaient affaire à quelque chose dépassant l’imagination.

Doris, en larmes, expliqua que trois entités l’avaient attaquée, la battaient régulièrement. Parfois, les deux plus petites la maintenaient fermement sur son lit pendant que la troisième  la violait. Doris était à bout de forces. Pour preuve de ces agressions, elle exhiba des marques de contusions sur ses cuisses, sa gorge et ses bras.

Barry Taff et Kerry Gaynor devaient se montrer prudents. Ils savaient que la jeune femme avait subi des violences durant son enfance et qu’elle avait subi des relations abusives avec des hommes. Ces faits pouvaient expliquer les phénomènes décrits, pouvaient expliquer que le cerveau imagine vivre ce genre d’évènements. De plus, il y existait des tensions évidentes entre les trois garçons et leur mère, surtout l’aîné qui semblait la haïr. L’ambiance à la maison était très tendue. Les trois entités pouvaient représenter les trois fils. Les deux enquêteurs pensèrent que Doris perdait la tête et lui conseillèrent d’aller consulter un psychiatre. Et ils partirent.

Quelques jours plus tard, Doris contacta Kerry Gaynor et lui affirma que des amis, qui lui avaient rendu visite, avaient vu une apparition. Ils étaient unanimes. Kerry et Barry décidèrent de retourner chez Doris afin de poser des caméras pour essayer de capter un éventuel fantôme.

En entrant dans la maison, ils sentirent à nouveau une pression dans l’oreille, mais aussi une forte odeur de pourriture ; en visitant la chambre de Doris, ils s’aperçurent que la pièce était très froide, anormalement froide par rapport au reste de la maison. Ils installèrent leur matériel et ne durent pas attendre longtemps avant de voir apparaître des orbes très brefs.

Les deux enquêteurs du paranormal tentèrent de les capturer avec l’appareil photo ou la caméra, mais ils ne furent pas assez rapides. Cet évènement les décida à pousser plus loin leur enquête. Et alors que Kerry Gaynor interrogeait l’aîné de la famille, Brian Harris, à la cuisine, une porte d’un placard s’ouvrit et une casserole fut projetée à plus d’un mètre. Kerry chercha dans le placard pour voir si personne ne s’y cachait, examina la casserole, les portes… ce qui venait de se passer n’était pas une supercherie.

Doris appela l’une de ses amies qui se disait médium. Cette dernière sentit une présence dans la chambre de Doris. Elle appela les enquêteurs qui arrivèrent à juste à temps pour voir de petites lumières, des orbes. La médium cria qu’une entité se tenait dans l’angle de la pièce. Visant l’endroit indiqué, Barry Taff prit une photographie, mais le cliché sortit flou. Alors, il prit une photographie de contrôle d’un autre point dans la pièce. Le cliché sortit clair. Puis, il reprit l’endroit indiqué. Le cliché sortit clair, mais la médium affirma que l’entité était partie.

Soudain, cette dernière cria que l’entité était revenue et qu’elle se tenait juste à côté d’elle. Barry prit un nouveau cliché et le résultat fut très bizarre : la robe de la médium ainsi que le rideau derrière étaient très nets, par contre le visage de la médium apparaissait flou, comme effacé. Dès que la médium assura que l’entité était partie, Barry reprit une autre photographie. Le visage de cette dernière était net.

 

Une enquête troublante

Une photographie des orbes dans la chambre de Doris

 

Les enquêteurs Barry Taff et Kerry Gaynor étaient maintenant persuadés qu’il se passait quelque chose de surnaturel dans la maison. Ils vinrent jours après jour relever les manifestations pour essayer de comprendre.

Lors de leur troisième visite, ils convièrent une photographe professionnelle et s’installèrent dans la chambre de Doris. C’était l’endroit où il se passait le plus d’évènements paranormaux. D’ailleurs, ce jour-là, il régnait dans cette chambre une odeur répugnante et inexplicable, qui ne s’effaçait pas malgré la fenêtre ouverte.

Ils observèrent plus de vingt fois une petite lumière se déplaçant autour d’eux. Les enquêteurs décidèrent de fermer les volets pour plonger la pièce dans l’obscurité. Et la lumière parut plus brillante encore. Mais cette lumière apparaissait et disparaissait trop rapidement et ne put être photographiée.

Le quatrième jour, Taff et Gaynor s’installèrent dans la maison avec toute une équipe technique. Ils attendirent la nuit et bientôt, les premières lumières apparurent, différentes de celles déjà vues, plus grandes, plus brillantes, plus bleutées aussi. Tous constatèrent qu’ils se trouvaient en face d’un vrai cas de hantise et que ce qu’il se passait dans cette pièce n’était pas une hallucination collective.

Dans la chambre, l’équipe de chasseurs de fantômes avait placé trois appareils photographiques qui prenaient des clichés en rafales. Malgré toutes les photographies prises, seuls deux clichés révélèrent quelque chose de significatif. Sur le premier cliché, on y voyait une petite boule de lumière dans un coin de la pièce et sur le deuxième cliché, on voyait une sorte de comète. Sur quelques autres clichés, on pouvait distinguer des visages et des silhouettes, mais cela était très flou.

Lors du cinquième jour d’investigation, Barry Taff et Kerry Gaynor, aidés par des collègues, avaient apporté un éclairage spécial, des caméras et un équipement audio. Ils installèrent le matériel dans la chambre de Doris. Barry Taff demanda alors à Doris de provoquer l’entité. Et sa réaction ne se fit pas attendre. Très vite, des boules de lumières de couleur jaune-verdâtre, blanche, rose, bleutée apparurent partout dans la pièce.

Lors de cette séance, les enquêteurs ont pris beaucoup de photo. Bizarrement, les clichés montraient des arcs de lumière passant au-dessus de la tête de Doris. Pourtant, personne ne les avait vus. Des boules de lumière oui, mais pas d’arcs.

Lors du sixième jour, les manifestations étaient toujours identiques. Seule une chose était différente : à présent, une silhouette aux contours flous ressemblant à un homme grand et musclé commençait à se former. Les vingt personnes présentes dans la chambre purent la voir. Cette silhouette disparut comme balayée par une bourrasque invisible. Deux membres de l’équipe eurent un malaise et durent être sortis de la chambre.

Le même soir, les boules de lumière furent si intenses qu’elles éclairèrent toute la chambre

Le septième jour, Doris et deux de ses fils signalèrent de nouveaux phénomènes télékinétiques. Doris montra une grosse ecchymose sur son bras et expliqua qu’on l’avait frappée avec un chandelier. Pour ce septième jour, Taff et Gaynor étaient accompagnés de Telma Ross, la chef du département de recherche paranormale, ainsi que de deux psychiatres. Mais, il n’y eut aucun évènement notable. Kerry Gaynor décida alors de provoquer l’entité en lui demandant d’arracher les planches des murs. Les enquêteurs avaient posé ces planches contre les murs lors du troisième jour d’investigation à l’aide de rubans adhésifs afin d’éliminer de probables artéfacts des photographies dus au mur délabré. L’entité réagit violemment. Elle arracha les planches et les jeta sur la tête de Doris. C’était comme si des mains invisibles avaient tiré sur les panneaux pour les décoller du mur.

La dernière séance d’observation eut lieu la nuit d’Hallowwen 1974. On ne pouvait pas trouver mieux comme date pour une chasse aux fantômes ! Les manifestations s’enchaînèrent, mais en plus faible intensité.

Barry Taff avait remarqué un détail qui pourrait avoir de l’importance. En effet, lorsque Brian, le fils aîné, écoutait certains disques de Hard Rock, comme ceux de Black Sabbath ou d’Uriah Heep (je précise, pour la compréhension de l’histoire, que les membres de ces groupes affichent clairement leur appartenance à Satan), les activités surnaturelles s’intensifiaient. Certaines chansons semblaient exciter l’entité, surtout celles parlant de démons, de diable, de Satan.

Barry Taff et Kerry Gaynor avaient recueilli assez de choses pour prouver l’authenticité de ce cas. Mais il restait une question à laquelle ils ne purent répondre : est-ce que les traces de coups sur le corps de Doris étaient vraiment l’œuvre d’une entité surnaturelle ? En effet, la jeune femme était dépressive, en mal d’attention et il était probable qu’elle se frappait justement pour que l’on s’intéresse à elle. Et apparemment, l’entité ne s’attaquait qu’à elle.

Brian Harris, le fils aîné de Doris, avait raconté qu’une nuit, il avait entendu sa mère crier. Il avait couru jusqu’à sa chambre et il l’avait vue se faire projeter sur le lit. Lorsqu’il s’était approché pour l’aider, quelque chose l’avait frappé à la tête et jeté à travers la pièce. L’attaque fut violente et brutale. Et Brian, lorsqu’il retomba au sol, se réceptionna mal et se cassa le bras.

Et juste pour l’anecdote, l’acteur incarnant Brian dans le film l’Emprise a lui aussi eu le bras cassé durant le tournage.

Barry et Kerry voulaient bien croire l’adolescent, mais même s’ils le croyaient, ils ne pouvaient aider leur mère. Ils n’étaient pas exorcistes. Leur rôle se limitait à étudier les phénomènes surnaturels, à récolter des preuves. Et même s’ils avaient constaté des traces d’agression sur le corps de Doris, même s’ils étaient persuadés qu’elle était battue, ils ne pouvaient l’aider.

Et les deux hommes partirent, laissant Doris face à son destin, seule et désemparée.

 

Une entité attachée à Doris

Brian Harris, le fils de Doris, aujourd’hui

 

Après le départ de Gaynor et de Staff, Doris se mit en colère. Elle ne comprenait pas pourquoi personne ne voulait l’aider. Mais en même temps, cette expérience la rendit plus forte. Elle savait à présent qu’elle n’était pas folle, qu’il se passait vraiment quelque chose, que la maison était hantée.

Alors, elle décida de déménager. Elle s’installa dans une ville proche de Cluver City, mais les entités la suivirent. Même si les attaques semblaient moins violentes, Doris était désespérée. Elle déménagea quatre autres fois et toujours les entités la suivirent.

Finalement, elle partit loin de Cluver City et les manifestations s’estompèrent pour disparaître complètement deux ans plus tard.

Malgré les preuves recueillies par Gaynor et Taff, malgré les photographies, les témoignages de l’équipe de chasseurs de fantômes… on ne reconnut jamais l’histoire de Doris comme paranormale. Aujourd’hui encore, personne ne peut expliquer les phénomènes vécus par Doris.

Doris Bither s’éteignit en 1995, dans son lit, à l’âge de 58 ans. Son fils Brian rapporta avoir vu apparaître des boules de lumière dans sa chambre au moment de son départ pour l’au-delà.

 

Une tentative d’explications

Doris Bither

 

On sait que la maison de Culver City était une maison insalubre que les autorités avaient condamnée par deux fois. Les conditions d’habitation étaient sordides. La demeure était sombre, en ruine, isolée.

Une maison bâtit dans les années 1850, qui, à l’origine, possédait deux étages et une cave. Au rez-de-chaussée se trouvait un salon et une cuisine, à l’étage deux chambres. Par la suite, on avait rajouté deux chambres au rez-de-chaussée à l’arrière de la maison.

La vie des enfants dans cette maison était loin d’être normale. Surtout lorsque la rumeur circula que la maison serait hantée.

Dans une interview, Brian attesta de la véracité des faits. Sa mère s’était fait violer à plusieurs reprises par des entités invisibles.

On peut se demander pourquoi ces entités s’en seraient prises à Doris Bither. Je pense que c’est à cause de l’énergie négative que dégageait la jeune femme. En effet, souvenez-vous, Doris n’a pas eu une enfance joyeuse et sa vie d’adulte l’était encore moins. Elle élevait seule ses quatre enfants, elle manquait d’argent et plusieurs de ses ex-maris étaient violents. Doris était une jeune femme perturbée, en proie à des tourments constants, dépressive, qui buvait pour oublier ses déboires. Peut-être a-t-elle attiré des entités négatives qui se sont accrochées à elle.

Alors pourquoi les phénomènes ont-ils cessé lorsqu’elle s’est éloignée de la maison ? On pourrait penser qu’à l’origine ces entités étaient présentes dans la demeure, en veille, que l’énergie négative de Doris les a réveillées. Peut-être aussi que Doris, rendue plus forte par la présence de Barry Taff et Kerry Gaynor, car ces derniers croyaient en son histoire, a amplifié le phénomène. Et donc, a voulu se battre et a cherché en elle la force de se battre et de repousser les entités. Ceci, chers lecteurs, n’est que suppositions et réflexions personnelles.

On peut aussi penser que c’était le fils aîné qui avait appelé ou réveillé les entités présentes dans la maison. En effet, l’adolescent écoutait de la musique satanique. Dans les années 70, ces groupes étaient très à la mode et presque tous les adolescents les écoutaient. Sauf que parfois, il y avait certains jeunes plus sensibles que d’autres, qui sombraient dans le satanisme, qui espéraient voir Satan ou qui priaient Satan. Et c’est ainsi que démarre une histoire de hantise !

Maintenant, on peut aussi se dire que Doris a créé tous les problèmes, les télékinésies. Il faut dire qu’elle buvait et que l’ambiance à la maison était toujours pesante. Les enfants se disputaient sans arrêt, Doris criait sans cesse après eux, elle les détestait et les aimait en même temps. Un esprit perturbé peut créer ce genre d’évènements… cette théorie serait aussi à creuser. Et j’ajoute que la présence d’une équipe de chasseurs de fantômes a pu amplifier le phénomène ! Surtout lorsque les membres de cette équipe se mettent à défier les entités en leur demandant de se manifester ! Ils ne font qu’ajouter du négatif au négatif.

Ce qui m’amène à parler de l’attitude de Taff et Gaynor, je la trouve très légère. Une fois les preuves récoltées, une fois qu’ils ont obtenu ce qu’ils voulaient, ils ont coupé les ponts avec Doris Bither, laissant la jeune femme seule face à ses problèmes. À aucun moment, ils n’ont aidé cette famille. Les évènements qui se passaient dans la maison traumatisaient les enfants. Taff et Gaynor en étaient conscients et à aucun moment ils n’ont fait appel à des spécialistes, des exorcistes ou à des personnes qui pouvaient aider cette famille. Cela s’appelle de la non-assistance à personne en danger !

Aujourd’hui, c’est d’ailleurs comme cela que ça se passe pour la plupart des enquêtes paranormales. Les sois disant chasseurs de fantômes s’occupent de recueillir des preuves. Une fois obtenues ou pas, ils ne s’intéressent pas à ceux qui habitent la maison hantée, ils ne cherchent pas à aider ces personnes. Une fois les preuves qu’ils étaient venus chercher obtenues, ils partent comme des voleurs. Cette attitude est vraiment irresponsable !

D’ailleurs, Brian Harris dira que dès que Taff et Kerry partaient de la maison après avoir fait les investigations, les entités se vengeaient sur la famille en frappant les enfants, en violant Doris. C’était insoutenable ; Brian ne voulait plus d’enquêteurs chez lui et dès qu’ils arrivaient, il s’isolait dans sa chambre et espérait que tout se passerait bien après leur départ. Ce n’était jamais le cas. Donc, pour lui, les enquêteurs ont provoqué plus de mal que de bien.

 

J’aimerais conclure cet article sur un point important : pour beaucoup d’enquêteurs du paranormal, seuls comptent les faits, les preuves. Ces enquêteurs ne doivent jamais oublier les conséquences directes et indirectes de leurs actes. Une hantise est généralement quelque chose de très personnel. L’enquête doit être menée avec soin et surtout avec respect. Lorsqu’une équipe entière provoque les forces du mal dans le but d’obtenir des preuves, une photographie, une vidéo, c’est très dangereux pour les enquêteurs, mais aussi pour la famille qui subit le phénomène de hantise. Car l’entité peut aussi bien s’en prendre aux enquêteurs qu’aux membres de la famille. C’est une attitude totalement irresponsable ! Et la force démoniaque présente dans la maison peut aussi se moquer des enquêteurs en faisant apparaître des orbes, par exemple, comme dans cette histoire et se déchaîner sur la famille dès que les enquêteurs sont partis.

Et l’histoire de Doris est bien une histoire comme celle-là. Aucune preuve concrète, mis à part quelques photographies montrant des orbes. Et dès que les enquêteurs partaient, Doris était frappée, violée et les enfants subissaient aussi des coups. Et dans cette histoire, on se trouve en présence non pas d’une entité malveillante, mais de trois voire quatre !

 

Marie d’Ange

 

Pour aller plus loin

Incoming search terms:

  • film l\emprise histoire vraie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *